Naître citoyen et le devenir.

video
Transformer la façon de faire vivre la démocratie locale est l’un des principaux projets de Lorient en Commun. C’est sans doute sur ce sujet que notre jugement sur les mandats précédents et les élu-e-s qui l’ont porté est le plus sévère.

Prioritairement nous voulons que la concertation avec les habitants se fasse avant de décider des projets les plus structurants, et non pas après et pour déterminer des éléments marginaux : la couleur des murs ou pour choisir les revêtements de sol.

Il faut que les élu-e-s aient le courage de se présenter devant la population avec des ébauches, largement modifiables voir parfois simplement avec le cahier des charges du projet afin de pouvoir l’amender très en amont. Les élu-e-s auront à indiquer un objectif (transition écologique et sociale, liens sociaux, sécurité, réussite économique…)  Mais c’est en concertation que nous choisirons avec tous les acteurs, les moyens d’y parvenir. L’objectif n’est pas modifiable le chemin pour l’atteindre est à co-construire.

Nous voulons que les habitants, les professionnels, les associations, les commerçants, les acteurs économiques, les services, les élu-e-s, bref que chaque personne ou entité concernée par un changement ou une évolution de la politique publique aie l’occasion de s’informer, de confronter les idées, de contribuer et de co-construire le projet global.

Comme le disait Alfred Sauvy nous partons du principe que « Bien informés les hommes sont des citoyens, mal informés, ils deviennent des sujets » Nous voulons mettre le maximum de citoyens en situation de participer en connaissance de cause. La démocratie locale, surtout sur fond de transition écologique et sociale, c’est aussi faire en sorte que les citoyens puissent mesurer la complexité des enjeux et des solutions à mettre en œuvre et qu’ils acquièrent les compétences pour participer à la décision.

Il y a nombres de méthodes pour cela, qui fondent nos propositions, et qui sont d’ailleurs amendables et modifiables :

  • Consulter au niveau de l’avant-projet
  • Libérer la parole des services techniques
  • Placer les élu-e-s d’abord en situation d’écoute, d’animation, puis seulement à la fin en situation d’arbitrage
  • Consulter et donner des moyens aux organisations de concertation comme le Conseil de Développement, ou les associations de développement de l’ESS
  • Créer un Conseil des générations futures, pour que les jeunes soient impliqués dans leur propre avenir au regard des risques que nous font courir les dérèglements climatiques, l’injustice sociale, la disparition de la biodiversité
  • Créer un budget participatif, réparti quartier par quartier, avec un bonus pour les quartiers ayant le plus de besoins, doté d’un budget qui atteindra 5 % des investissements de la ville en fin de mandat (600 000 €)
  • Permettre aux non électeurs, mineurs à partir de 16 ans, étrangers résidant sur le territoire, acteurs économiques et sociaux de la ville résidant dans les communes avoisinantes de prendre part aux décisions et au projets
  • .

En cohérence au sein du conseil municipal nous allons profondément modifier son mode de fonctionnement: créer des pôles de compétences transversaux gérant des thématiques collectivement avec tous les élu-e-s concernés, réduire le nombre d’adjoints et augmenter le nombre de conseillers municipaux délégués à des tâches étendues, respecter les droits de l’opposition à l’information et à l’expression, confier la présidence de la commission d’appel d’offres à l’opposition municipale dans un but de transparence, appliquer l’ensemble des recommandations d’ association anti-corruption comme anticor, faire intervenir des organismes indépendant pour évaluer les politiques municipales et garantir les libertés publiques (par exemple sur la vidéosurveillance, le numérique, etc…)

Nous souhaitons ainsi poser des repères pour avancer en confiance vers les nouveaux horizons de la participation du plus grand nombre à la transition écologique et sociale de notre ville.

 

Propositions

  • Mettre en place un conseil dit des générations futures composé d’un tiers de jeunes (lycéen·ne·s, étudiant·e·s, autres), d’un tiers de personnes désignées par les associations environnementales du territoire et d’un tiers de citoyen·ne·s inscrit·e·s sur les listes électorales (et qui se seraient porté·e·s volontaires) tiré·e·s au sort. Ce conseil donnera son aval à toutes les décisions d’investissement de l’agglomération et animera et gérera le budget participatif de celle-ci. Une vice-présidence de l’agglomération en charge de la co-construction citoyenne sera créée.
  • Provisionner des budgets participatifs pour atteindre 5 % de l’investissement en fin de mandat (600 K€).
  • Non cumul mandat du maire de Lorient et Président de l’agglomération
  • Capter et retransmettre les conseils municipaux en direct (sur Internet)
  • Attribuer à un conseil des jeunes à partir de 16 ans la charge d’une partie du budget participatif,
  • Augmenter le nombre de panneaux d’affichage libre sur la ville
  • Respecter la place de l’opposition dans la Gouvernance de la municipalité. On ira au-delà du légal : pour cela on propose que la commission d’Appel d’Offres soit présidée par un membre de l’opposition. Les commissions assureront un réel rôle , y seront présenté des projets non bouclés permettant de recueillir les avis de l’opposition et le cas échéant de faire évoluer réellement les projets en cours.
  • Ouvrir une Maison des communs qui sera au même endroit que la maison des associations, des syndicats et de la transition accessible à tou-te-s. Cette maison se présente comme le lieu central de Lorient où s’exercent les fonctions essentielles de la démocratie : la délibération, l’élaboration et la coproduction avec les habitants, la décision politique et l’implication citoyenne.